Agatha Christie - Hercule Poirot
  Les quatre
 
1927 : Les quatre (The big four)


Le capitaine Hastings revient d'Argentine pour rendre visite a son vieil ami Hercule Poirot qui est en train de boucler sa valise car il part pour l'Argentine.  Juste avant le départ de Poirot un homme vraisemblablement en très mauvais état et qui refuse de parler, fait irruption dans l'appartement de Poirot.

Poirot appelle le docteur Ridgeway qui a l'air de penser avoir affaire a un fou.  Le docteur lui tend un crayon et un papier celui-ci écrit dessus, une douzaine de fois le chiffre « 4 ».  Après le départ du docteur l'homme commence a parler très clairement

« Li chang yen.  Li chang yen peut être considéré comme le cerveau du grand Quatuor.  Il en est la force motrice, le chef intellectuel, le directeur, c'est pourquoi je l'ai baptisé Numéro Un.  Le Numéro Deux est rarement désigné par son nom ; il est représenté par un S barré de 2 lignes verticale le symbole du dollar ou par deux bandes horizontales et un étoile ; c’est donc un citoyen américain qui incarne la puissance financière.
Le Numéro Trois est une femme d’origine française.
Le Numéro Quatre : C'est le destructeur finit-il  par dire avant de s'évanouir.

Malheureusement, Poirot doit se dépêcher pour ne pas rater son train.  Il se met donc en route avec Hastings en regrettant de n'avoir le temps de rien faire.  Mais en route, Poirot devient soucieux, l'affaire qu'on lui a confié en Argentine ne servait-elle pas juste a l'éloigner des confidences de l'homme.
Ses craintes seront justifiés car bientôt il trouvera le cadavre du visiteur.



Extrait : 

J'étais prêt à rouler dans le torrent qui écumait à mes pieds; je croyais déjà suffoquer. 
A ma surprise, j'entendis un rire bref. 
J'ouvris les yeux.
- Vous êtes un homme courageux, capitaine Hastings, c'est une qualité que nous autres Orientaux, apprécions vivement.  Je m'y attendais d'alleurs.  Mais nous voici au second acte de notre petit drame.  Vous venez d'affronter votre propre mort; l'envisagez-vous pour qualqu'un d'autre?
Je le regardai, en proie à une angoisse terrifiante qui me rendait muet.
- Tenez, voici une plume, écrivez, sinon...
- Sinon?
-Sinon la femme que vous aimez mourra... lentement, atrocement.  Mon maître Li Chang Yen, à ses moments perdus, s'amuse à inventer de nouvelles méthodes de torture...






Ajouter un commentaire à cette page:
Ton nom:
Ton message:

 
  772 visiteurs (2335 hits)  
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=